Les progrès freinés par le sida

En l’an 2000, l’ONU a déclaré objectif millénaire pour le développement la réduction de la mortalité maternelle et infantile de 75 pour cent d’ici à 2015. Rares sont les pays en développement qui atteindront ce but. Car les importants progrès accomplis en Afrique et en Asie du Sud, notamment, sont neutralisés par la propagation du VIH et du sida. Au Sud du Sahara, plus de 60 pour cent des personnes séropositives sont des femmes.


Le VIH et le sida sont également l’une des principales causes de l’augmentation du nombre des orphelins et demi-orphelins dans cette région d’Afrique. Dans quelques pays d’Asie, les personnes stigmatisées par l’image collant encore au sida se voient bloquer l’accès aux soins médicaux de base et à la formation. Sont concernés non seulement les séroposifs, mais aussi les enfants dont les parents sont morts du sida.

Lutter contre les tabous

C’est pourquoi SOS Villages d’Enfants s’engage fortement dans la lutte contre le sida. Ses programmes sociaux et ses centres sociaux SOS s’occupent actuellement, en Afrique, de 30 000 enfants et adolescents touchés par le VIH et le sida, directement ou indirectement. Dans bien des régions, les connaissances sont encore trop lacunaires sur le virus et la maladie. Grâce à des campagnes d’information, de prévention et de lutte contre les tabous, SOS Villages d’Enfants aide les personnes concernées à vivre dans la dignité. Les centres médicaux permettent aux gens de faire le test, conseillent les malades du sida et fournissent gratuitement des médicaments.