To the top button

Saeed (9) Aidez Saeed
à surmonter son traumatisme.

Dans le monde entier, un enfant sur six grandit dans une région en crise. Des enfants comme Nada et Saeed sont exposés à la violence qui fait rage chez eux, sans aucun moyen de se protéger. Ils doivent assister à des scènes terribles et supporter la perte de leurs amis et de leurs proches.

SOS Villages d’Enfants vient en aide à ces enfants sur place pour les aider à surmonter leurs traumatismes.
Dessiné par Saeed, dans le cadre de la thérapie des traumatismes par le dessin dans le village d’enfants SOS de Saboura, en Syrie.

Saeed
Saeed (9)
Saboura, Syrie

 

Au début de sa thérapie des traumatismes par le dessin, Saeed (9) dessine surtout des maisons qui brûlent et qui explosent, des gens qui s’enfuient pour ne pas mourir, des familles déchirées. Il dessine ses souvenirs pour les oublier:

Saeed et sa famille viennent de Raqqa. Avec l’aide de passeurs organisés, la famille a réussi à fuir vers Damas. Mais sur le chemin, Jameel, le grand frère de Saeed, a été tué au cours d’un combat – sous les yeux de sa famille. Comme leur père avait dépensé l’intégralité de ses biens pour payer les passeurs, il ne restait plus rien pour enterrer Jameel. Ils ont donc emporté son corps jusqu’à une tombe à Damas.

Le père de Saeed n’a pas supporté la mort de son fils, ni les circonstances de son enterrement. Une fois arrivé à Damas, il n’était plus capable de vivre avec le poids de la culpabilité. Par la suite, la mère de Saeed est tombée dans une grave dépression et n’était plus en état de s’occuper d’elle-même ou de ses enfants. Finalement, une voisine a amené les enfants abandonnés au village d’enfants SOS de Saboura.

Saeed et ses deux petites sœurs, Rahaf et Sarah, vivent au village SOS de Saboura depuis 2018. La mère n’a plus donné signe de vie. Ici, les trois enfants grandissent dans un environnement adapté et surmontent pas à pas leurs traumatismes grâce à un accompagnement psychologique.

Lors de sa séance de thérapie par le dessin d’aujourd’hui, Saeed dessine sa famille en train de jouer dans une prairie. Dans le cadre de cette thérapie, il raconte à sa psychologue SOS ce qu’il a vécu, sa perte et sa tristesse. Et son projet de devenir ministre pour aider les gens:

Pour protéger les enfants et préserver leur bien-être, SOS Villages d’Enfants n’utilise pas de véritables prénoms d’enfants. Les vidéos montrent une conversation entre les enfants et leur psychologue SOS.

Ces vidéos ont été réalisées avec l’accord de leurs psychologues et de leurs tuteurs.

 

Don immédiat