Sud Soudan : évacuation des « familles SOS »

18/03/2014 - Les enfants et les mères SOS ont été évacués de la ville de Malakal, au Sud Soudan.

Vers un nouveau refuge.

Les enfants et les mères SOS ont été évacués de la ville de Malakal, au Sud Soudan. Plus d’une centaine de personnes (enfants, mères SOS, équipe) ont été évacuées le 13 mars de Malakal, où le conflit a connu une escalade ces dernières semaines.


Le premier groupe constitué de 52 enfants, 5 mères SOS et une aide familiale, est arrivé à Juba par avion grâce au transport aérien humanitaire des Nations-unies. Il a été rejoint par un 2ème groupe de 48 enfants et 13 membres du personnel.

Les familles, issues du village SOS de Malakal, avaient d’abord trouvé refuge dans une base des Nations-unies à Malakal, après avoir fui le village en février. Le village SOS déserté est aujourd’hui aux mains des rebelles. Les « familles SOS » sont aujourd’hui hébergées à Juba dans une maison d’une vingtaine de pièces. Ils ont de l’eau et des matelas, draps, couvertures, linge de toilette et produits d’hygiène leur ont été remis. La sécurité est renforcée.

31 autres enfants et jeunes sont toujours réfugiés à Paloich, à 2 000 km de Juba, avec un éducateur.

Update
Depuis l’évacuation de la ville de Malakal, les enfants du village SOS sont en sécurité à Juba.
Les enfants, les jeunes, les mères SOS et les équipes se sont bien adaptés à leur nouvelle vie dans la ville de Juba. Des activités par tranches d’âge (lecture, écriture…) sont organisées et tous bénéficient d’un soutien psychosocial. Les enfants et les adolescents souhaitent reprendre une scolarité normale dès que possible. Ils devraient bientôt être inscrits dans différents établissements scolaires.

Des bilans médicaux ont été mis en place pour les enfants, les jeunes et les mères SOS. Les enfants sont en bonne santé. Cependant, ils ont été traumatisés par les événements des derniers mois. Deux d’entre eux ont dû être hospitalisés à Juba car ils souffraient de la malaria et de la typhoïde. Ils ont aujourd’hui recouvré la santé.

Un éducateur du village SOS, s’était retrouvé séparé des autres membres de l’équipe, avec 33 enfants et jeunes. Avec beaucoup de courage, il a décidé d’assurer leur protection et les a emmenés en sécurité à Paloich, de l’autre côté du Nil, à l’issue d’un périple de près de 200 km. Aujourd’hui, tous ont pu également être évacués par avion et rejoindre les autres enfants à Juba.

Par ailleurs, plusieurs jeunes sont en sécurité à l’étranger, au Kenya ou en Ouganda, où ils poursuivent leurs études.