Ukraine : malgré le chaos, la nécessité d’agir pour les enfants

12/03/2015 - Le cessez-le-feu a peut-être calmé la situation mais il ne l’a pas améliorée pour autant. Le pays reste dans un chaos considérable.

En effet, le cessez-le-feu n’a pas enrayé la crainte. Le stress et l’anxiété sont omniprésents.

L’économie est au plus bas avec une inflation d’environ 25% et un Etat impuissant face à cette grave crise sociale, économique et politique. Les gens restent épuisés et sous tension et ont du mal à reprendre le dessus.


Il ne faut pas oublier que les enfants sont les premières victimes. Ils sont plus d’un million à avoir souffert de ce conflit. Il est aujourd’hui essentiel de chercher à les préserver. En raison de la multitude de problèmes résultant de la situation de crise, il apparaît difficile pour les populations de prêter attention à leur souffrance : de nombreuses familles ont dû abandonner leur foyer (dont 150000 enfants), ont perdu des proches, des maris, des pères…

Dans un pays où la majorité de la population vivait en dessous du seuil de pauvreté bien avant le conflit, le désespoir touche de plus en plus de personnes. Conséquence : de plus en plus d’enfants risquent d’être délaissés, maltraités voire abandonnés.

Il faut toutefois préciser que la situation de la région de Lugansk est plus calme : les services publics marchent correctement et la nourriture de base est accessible.

Cependant, Lyudmila, une collaboratrice de SOS Villages d’Enfants raconte : «Dans la région de Lugansk nous sommes obligés de nous adapter à la vie des habitants qui s’arrête à 15 heures de l’après-midi lorsqu’ils rentrent s’enfermer chez eux.»

En effet, le cessez-le-feu n’a pas enrayé la crainte. Le stress et l’anxiété sont omniprésents. Cela modifie les comportements des enfants. Beaucoup font des cauchemars. SOS Villages d’Enfants essaie tout de même d’apporter le maximum de soutien psychologique.

Par ailleurs, SOS Villages d’Enfants continue de réfléchir aux moyens à mettre en place pour venir en aide aux familles en situation de crise. En collaboration avec d’autres associations, elle se prépare à apporter son aide à encore plus de victimes.

Andriy Chuprikov, directeur de SOS Villages d’Enfants Ukraine nous explique : «Notre but est de créer des centres communautaires de protection sur le base de centres sociaux déjà existants afin d’aider les familles qui ne peuvent survivre avec leur revenu actuel […] Nous apporterons aux familles et enfants de la nourriture, des médicaments, couvertures, vêtements chauds. De plus, nous fournirons les services psychologiques, sociaux et éducatifs nécessaires afin de réinstaurer un climat de confiance et de tolérance. Nous chercherons par ailleurs à accompagner les parents dans la recherche d’emploi.»

Rappelons-le, SOS Villages d’Enfants est présente en Ukraine à travers deux villages d’enfants : celui de Lugansk et celui de Brovary. Elle a développé des Programmes Renforcement de la Famille, de soutien psychologique et éducatif.