Visite du village d’enfants SOS de Ben Tre, au Vietnam

Stéphane Lambiel a visité le village d’enfants SOS de Ben Tre, au Vietnam en 2010.

«Tu n’as pas froid sur la glace avec ton costume si fin?» demande la petite Tuong, huit ans, à Stéphane Lambiel lors de sa visite du village d’enfants SOS de Ben Tre, au sud du Vietnam. Les 134 enfants du village veulent tous voir le nouvel ambassadeur de SOS Villages d’Enfants pour lui poser des questions. Patient, le jeune homme de 25 ans répond à chacun d’entre eux et leur fait une démonstration de ses aptitudes sportives. Les enfants sont très impressionnés par la triple vrille que le Valaisan effectue sur le terrain de jeu. Une sacré performance: sur la glace, il n’est pas possible de faire plus d’un tour.

«La visite de ce village d’enfants SOS a été l’un des plus beaux et des plus forts moments de ma vie», déclare Stéphane Lambiel. «Le rire et la joie des enfants sont uniques.» Il sait que cette joie de vivre ne va pas de soi. Les enfants ont vécu des choses dures et perdu un ou leurs deux parents. «Les voir aussi gais, malgré tout, prouve que le travail de SOS Villages d’Enfants fonctionne», affirme Stéphane Lambiel.

Davantage qu’un toit

L’atmosphère qui règne au village d’enfants SOS prouve au patineur que les enfants abandonnés n’ont pas seulement besoin d’un toit: «Au village d’enfants SOS, ils vivent dans l’amour et la sécurité d’une famille. C’est beau, cet amour qui rayonne aussi sur moi.» C’est pourquoi Stéphane Lambiel s’engage en devenant le nouvel ambassadeur de SOS Villages d’Enfants. Il le fait en attirant l’attention sur le précieux travail de SOS Villages d’Enfants et en soutenant financièrement l’organisation.
Stéphane Lambiel a effectué une visite de deux jours au village d’enfants SOS de Ben Tre, dans le delta du Mékong, à l’occasion d’une pause entre deux spectacles au Japon. Il a vu que le travail de SOS Villages d’Enfants dépasse de loin les limites du village: «Cela représente une aide énorme que l’école, le jardin d’enfants et le centre de formation professionnelle soient ouverts aux enfants et aux adolescents des environs», dit-il.