To the top button

Autres Institutions et programmes

SOS-Kinderdorf International mène-t-elle d'autres projets en plus des villages d'enfants SOS?  

L’activité centrale de notre organisation est la construction et la gestion de villages d’enfants SOS, mais nous avons également toute une série d’institutions et de programmes complémentaires (plus de 1100). Ces institutions et programmes complémentaires visent autant les enfants et les jeunes des villages d’enfants SOS que la population locale, et jouent ainsi un rôle important au niveau du développement de la communauté et de la prévention de l’abandon d’enfants.

 

Qu'est-ce qu'un programme d'aide d'urgence SOS?  

Grâce à nos programmes d’aide d’urgence SOS, nous sommes en mesure d’apporter une aide rapide et non-bureaucratique à des régions touchées par une guerre, une crise ou une catastrophe naturelle. SOS Villages d’Enfants met sur pied des centres d’approvisionnement dans les régions affectées par la famine ou la sécheresse, assurant la survie des enfants et de leur famille jusqu’à ce que l’infrastructure locale ait été rétablie. Des abris de secours ou du matériel de construction peuvent également être mis à disposition à la suite de catastrophes naturelles. Même si les programmes d’aide d’urgence ont un caractère temporaire, ils sont souvent relayés par des institutions permanentes qui viennent en aide dans le long terme à la communauté sinistrée.

 

Pourquoi SOS Villages d'Enfants ne joue-t-elle pas un rôle plus important en matière d'aide humanitaire?  

SOS-Kinderdorf International, la fédération des associations nationales SOS Villages d’Enfants, a été créée pour apporter une aide à long terme aux enfants en détresse, et n’est donc pas une organisation humanitaire en tant que telle. Elle offre un foyer permanent dans un environnement familial à des enfants qui ont perdu leur famille ou ne sont plus en mesure de vivre avec elle pour l’une ou l’autre raison. En plus des villages d’enfants SOS, l’organisation dispose également d’autres institutions permanentes comme les jardins d’enfants, les écoles, ainsi que les centres médicaux et sociaux, de manière à venir en aide à la population locale et aux enfants et jeunes SOS.

Dans les situations de crise, SOS Villages d’Enfants est en mesure d’intervenir rapidement grâce à son réseau d’institutions pour venir en aide aux victimes, que ce soit en menant ses propres programmes de secours ou en collaborant avec l’Etat, les Nations Unies ou d’autres ONG. Toutefois, l’aide humanitaire ne représente qu’une petite partie des activités de SOS Villages d’Enfants, et nos programmes d’aide d’urgence SOS sont modestes en comparaison avec ceux d’autres ONG spécialisées dans ce domaine.

Comment SOS Villages d'Enfants réagit-elle face au VIH/sida?  

Nos programmes en faveur des personnes affectées par le VIH/sida se concentrent sur l’éducation des enfants et des jeunes, afin de prévenir la propagation de la maladie, et sur le soutien aux familles dont la charge retombe sur un mineur ou les grands-parents suite au décès des parents. Il est essentiel d’informer nos enfants, nos jeunes et nos employés sur les modes de transmission du sida. Quand un enfant qui vit dans un village d’enfants SOS développe la maladie, nous essayons de le garder au village aussi longtemps que possible, dans la mesure où les traitements médicaux nécessaires sont disponibles sur place.

Existe-t-il des programmes SOS particuliers en relation avec le VIH/sida?  

Les centres médicaux SOS jouent un rôle majeur en matière de programmes de prévention et d’information sur la maladie; ils proposent tests, conseil et soutien aux personnes affectées par le VIH/sida. Les jardins d’enfants SOS et les écoles SOS Hermann Gmeiner offrent des bourses aux enfants de familles touchées par la maladie. Le VIH/sida fait partie de tous les programmes scolaires et il existe du matériel éducatif adapté.

Nos programmes d’aide au voisinage destinés aux personnes affectées par la maladie se concentrent sur l’assistance et le soutien aux familles dont la charge retombe sur un mineur ou les grands-parents: soutien matériel, éducation, contacts avec la sécurité sociale/l’assistance sociale, campagnes de prévention et d’information sur le sida, conseil et activités génératrices de revenus.