To the top button

21.08.2018 Actualités Programme d'aide Tous Mondial SOS Villages d’Enfants Mexique

  • Catégories
  • Région

Au Mexique, le travail des enfants est interdit, mais la réalité est toute autre. Un enfant sur sept entre 5 et 17 ans doit travailler. A cause de la pauvreté, Rodrigo a lui aussi été obligé de se débrouiller seul. Très tôt, il a dû subvenir aux besoins de ses frères et sœurs plus jeunes. C’est seulement à leur arrivée au village d’enfants SOS de Tehuacán qu’ils ont trouvé un toit et qu’il a pu enfin relâcher la pression qui reposait sur lui. Aujourd’hui, l’adolescent regarde l’avenir avec confiance.

Rodrigo a 7 ans lorsque lui et son frère Luis doivent partir. Ils doivent gagner de l’argent. A la maison, leur frère Manuel, 4 ans, et leur sœur Guadalupe, 6 mois, les attendent. Leurs parents alcooliques et toxicomanes les négligent. La violence et les agressions sont le quotidien de cette famille. Alors qu’il n’est encore qu’un enfant, Rodrigo prend en charge ses frères et sa sœur. Il traîne dans les rues, sur les marchés, toujours à la recherche de petits boulots occasionnels. Il porte des courses ou aide dans les jardins pour quelques pesos. Avec cet argent, il peut acheter quelque chose à manger pour la fratrie. Sa scolarisation semble de plus en plus lointaine.

A l’âge de 9 ans, l’assistance à l’enfance se met en place. Rodrigo et sa famille vont tout d’abord dans un centre public pour orphelins. Ce n’est qu’à leur arrivée au village d’enfants SOS de Tehuacán qu’ils trouveront la chaleur d’un foyer. Ici, tout est bien différent de la maison où ils vivaient avec leurs parents: tout est rangé et propre. Il y a de la nourriture et on s’occupe des enfants. Rodrigo peut alors respirer et se décharger de sa responsabilité. L’adolescent de 17 ans raconte ainsi: «Avant, je me faisais tout le temps du souci pour mes frères et ma sœur. J’avais le sentiment que je devais les protéger.» Au village d’enfants SOS, il peut à nouveau être un enfant, car il voit que ses frères et sa sœur sont heureux. «Cela a été un grand soulagement de voir qu’ils vivaient dans de meilleures conditions», confie Rodrigo.

SOS Villages d'Enfants Mexique

SOS Villages d’Enfants Mexique

Une nouvelle vie commence aussi pour lui. Il va désormais à l’école, mais il a du mal à se tenir tranquille en classe toute la journée. «Enfant, j’ai appris que le travail était plus important que l’école», explique-t-il. Il doit assimiler beaucoup de choses et se sent souvent découragé et frustré. Mais le petit garçon se bat et n’abandonne pas. Il bénéficie d’un soutien psychologique. Un cours de danses folkloriques l’aide enfin à croire en lui et en ses capacités. «Quand j’ai vu que j’étais doué et que je maîtrisais les pas de danse, ça m’a rendu vraiment heureux», raconte-t-il. Cela lui donne confiance en lui et lui montre qu’il peut arriver à faire beaucoup de choses avec de la persévérance et de la discipline. Il n’est plus constamment agacé et énervé, mais beaucoup plus équilibré et il parvient mieux à gérer sa frustration. C’est avec beaucoup d’entrain qu’il commence à suivre des cours de mécanique automobile. Ce jeune homme sympathique souhaite poursuivre sur cette voie, car il a un objectif précis en tête. «Je veux avoir un travail qui me permettra un jour de nourrir ma famille. Je souhaite être un père exemplaire pour mes enfants.»