To the top button

19.12.2018 Actualités Programme d'aide Tous Mondial La guerre et le froid en Ukraine orientale

  • Catégories
  • Pays

En Ukraine orientale, la population vit dans la violence, la pauvreté, la faim et le désespoir. Et l’hiver vient maintenant s’ajouter à leur calvaire.

Louhansk – l’hiver s’installe en Ukraine, et avec lui le froid, qui vient s’ajouter à la guerre et à la pauvreté qui touchent les 200 000 personnes vivant dans la zone de conflit en Ukraine orientale.

Alors que la communauté internationale s’inquiète de la situation entre l’Ukraine et la Russie, les habitants de l’Ukraine orientale luttent littéralement pour leur survie. «Près de la moitié des ruraux et un tiers des citadins ne sont pas suffisamment préparés pour affronter l’hiver», explique Andrij Chuprikov, responsable de SOS Villages d’Enfants en Ukraine. «Cela est particulièrement catastrophique pour les enfants! Des milliers de jeunes filles et garçons vivent actuellement avec leur famille dans la zone de conflit, dans des bâtiments en piteux état où ils sont à peine protégés de l’humidité et du froid», ajoute Andrij Chuprikov. En Ukraine orientale, environ 40 000 constructions ont été endommagées par les combats, un bilan qui s’alourdit chaque jour. «Les combattants tirent par les fenêtres et les portes. Pour ne pas mourir de froid par des températures pouvant atteindre les -15°C, les familles investissent tout leur argent pour se chauffer au bois, au charbon ou au gaz, et n’ont plus de quoi payer des produits alimentaires ou des vêtements – de nombreuses personnes doivent déjà souffrir de la faim!»

Après déjà quatre ans et demi de conflit, l’économie de la région est au bord de l’effondrement, et l’arrivée de l’hiver laisse de nombreux travailleurs agricoles sans travail ni revenu. De plus, l’inflation liée à la situation de crise fait baisser le pouvoir d’achat et les salaires: «de nombreuses familles mènent aujourd’hui une vie de misère», explique Andrij Chuprikov. «Ces dernières années, la situation était également difficile, mais à l’époque, les habitants pensaient encore que le conflit ne serait que de courte durée. Désormais, la plupart des gens ont perdu espoir.»

Sans compter que dans les régions rurales, les zones d’habitation sont parfois très éloignées et se retrouvent coupées de toute source d’approvisionnement ou d’assistance en hiver. «Pour les enfants, cette situation est intolérable. Après quatre ans de violence ininterrompue, d’approvisionnement insuffisant et de stress permanent, ils sont très affectés, tant sur le plan physique que mental», explique Andrij Chuprikov.Depuis l’éclatement du conflit, SOS Villages d’Enfants s’est associée à d’autres associations pour rénover de nombreux bâtiments dans la région et offrir un toit, des vêtements ainsi que des radiateurs aux familles touchées. SOS Villages d’Enfants s’assure également que les enfants et familles en détresse vivant dans les zones reculées bénéficient d’une assistance.

Ces publications pourraient aussi vous intéresser.

 
7. juin 2019

Rapport annuel 2018

De grands efforts sont nécessaires pour offrir de bonnesconditions de vie aux enfants, aujourd’hui comme demain. Les structures …

Lire la suite
 
4. juin 2019

SWISS se persuade sur place

SWISS International Air Lines oeuvre pour l’indépendance financière, notamment en équipant un atelier de couture où seront …

Lire la suite
 
23. mai 2019

Grossesses Précoses

Un premier enfant à 14 ans: des risques pour la santé et une entrée dans le monde du travail remise à plus tard. Jetons un oeil à notre programme.

Lire la suite