To the top button

23.05.2019 Actualités Droits des enfants Programme d'aide Nicaragua Grossesses Précoses

  • Catégories
  • Pays

Un premier enfant à 14 ans: des risques pour la santé et une entrée dans le monde du travail remise à plus tard. Jetons un oeil à notre programme.

 

La grossesse précoce est une thématique centrale dans nos projets au Nicaragua. En effet, ce pays détient le taux le plus élevé de grossesse chez les adolescentes de toute l’Amérique
latine.Depuis plusieurs générations déjà, les filles tombent enceintes de plus en plus tôt. En particulier dans les zones rurales, où l’accès à l’éducation et à l’information est compliqué,
les grossesses adolescentes ne sont pas rares. Par honte et par manque d’information, beaucoup d’adolescentes enceintes et de jeunes mères se replient sur elles-mêmes. Elles restent dans leur famille et sont souvent dépassées par la situation, qui nécessite d’assumer la responsabilité d’un enfant. Les conséquences qui les guettent sont le décrochage scolaire et l’absence de perspectives
d’avenir. Lorsque ces jeunes filles ne peuvent compter sur aucun soutien à la maison ou lorsqu’elles ont été délaissées par le père de l’enfant, le risque qu’elles sombrent dans l’alcoolisme
est bien réel. Nombreuses sont celles qui n’ont pas d’autres choix que de prendre des petits boulots d’appoint pour garder la tête hors de l’eau. La frustration accumulée face à la difficulté de trouver une issue à leur situation fait que les jeunes mères ne parviennent pas toujours à établir une relation aimante avec leur propre enfant. La fonction de modèle qui donne aux enfants des
points de repère dans la vie est perdue. Cette absence de repères peut aussi amener les enfants concernées à adopter le modèle de vie de leur mère et à tomber enceintes elles aussi à un
âge précoce. Par ailleurs, les grossesses chez les adolescentes peuvent être néfastes pour la santé de la jeune mère. Il n’est pas rare que certaines succombent à la suite de complications.

Les contraceptifs au Nicaragua sont gratuits mais ils sont rarement utilisés en raison d’un manque d’information sur le sujet. L’avortement
est interdit par la loi.

Que fait SOS Villages D’Enfants?

 

SOS Villages d’Enfants travaille en étroite collaboration avec le Ministère de la santé local (MINSA), mène des campagnes d’information dans les écoles et accompagne les futures jeunes mamans durant leur grossesse. En effet, les mères-adolescentes ont un grand besoin de soutien. Au cours de nos interventions dans les municipalités, nous transmettons des compétences en matière d’éducation positive. Nos collaborateurs locaux aident les jeunes femmes à accepter ou à apprendre à accepter leur grossesse et leur enfant. Nous voulons éviter que ces adolescentes ne sombrent dans la dépression et dans l’alcoolisme et nous souhaitons notamment renforcer leur confiance en elles. Dans les communautés où nous intervenons, il y a des centres du MINSA où les adolescent(e)s peuvent obtenir une consultation et une assistance. Nous fournissons aux jeunes filles un accompagnement psychologique,
médical et juridique. Au Nicaragua aussi, les pères sont légalement tenus de payer une pension alimentaire pour leur progéniture. Notre travail de prévention dans les écoles comprend à la fois l’implication des jeunes hommes et l’éducation à la contraception pour les deux sexes. Avec les mères adolescentes, nous élaborons des projets de vie et veillons à ce qu’elles puissent
retourner à l’école.

«Nos interventions à Matagalpa et Estelí sont fondées sur une approche à deux volets: la prévention et l’accompagnement.» Urs Bernhard, Programmes SOS Villages d’Enfants Suisse.