To the top button

20.06.2019 Actualités Droits des enfants Tous Mondial La formation pour éviter une génération perdue

  • Catégories
  • Pays

Le Bangladesh fait actuellement face à l’une des plus grosses crises de réfugiés au monde.

Près de 600 000 enfants y sont bloqués après l’expulsion violente des Rohingyas du Myanmar vers son voisin bangladais. «La majorité de ces enfants n’a aucune chance de recevoir une formation scolaireSi nous n’arrivons pas à leur offrir un enseignement scolaire, une génération perdue grandira dans les camps de réfugiés» explique Enamul Haque, directeur de SOS Villages d’Enfants Bangladesh. Sans éducation, les enfants ne seront ni en mesure de gérer leur situation personnelle dans les camps surpeuplés, ni d’avoir la perspective d’une vie dans la dignité après leur retour dans leur pays d’origine. 

En janvier 2018, SOS Villages d’Enfants a lancé le programme d’aide d’urgence au Bangladesh. Cinq gardes d’enfants (childcare spaces) proposent chaque jour des activités d’enseignement et de loisirs ainsi que des repas nourrissants à 350 enfants. Les bénévoles de SOS Villages d’Enfants et les parents donnent des cours aux enfants dans leur langue maternelle et en anglais. Outre les activités d’apprentissage reposantes, SOS Villages d’Enfants prodigue un soutien social, émotionnel, nutritionnel et physiologique aux enfants. Ils reçoivent ainsi des connaissances de base importantes en matière d’hygiène, de droits des enfants et de santé. 

La mousson approche 

Le Bangladesh est sujet aux glissements de terrain et autres catastrophes provoquées par les cyclones et les pluies de la mousson, entre juin et octobre, ce qui représente des défis supplémentaires pour les réfugiés. Enamul Haque dit que les conditions se sont améliorées depuis la mousson 2018. Les campagnes de vaccination ont permis de réduire le risque de diphtérie (maladie infectieuse) et d’autres maladies possibles à éviter. «Les conditions sont bien meilleures que l’année dernière», affirme Enamul Haque. «Les gens restent maintenant dans des zones habitées, qui disposent d’eau, d’installations sanitaires et d’hygiène. La situation globale est loin d’être idéale, mais elle s’est tout de même arrangée.» 

Soutenir chaque jour des centaines d’enfants 

SOS Villages d’Enfants Bangladesh espère élargir le programme d’urgence, en proposant un soutien nutritionnel, physiologique, pédagogique et hygiénique à 400 enfants supplémentaires et en aidant 600 parents et accompagnateurs à améliorer leurs conditions de vie. L’élargissement des activités dépend d’une aide financière supplémentaire.