To the top button

11.03.2020 Actualités Programme d'aide Tous Mondial Protection pour les enfants en fuite

  • Catégories
  • Région

Les tensions à la frontière gréco-turque augmentent chaque jour. La situation est catastrophique pour les réfugiés. SOS Villages d’Enfants demande à ce que la protection des enfants et de leurs familles soit élevée au rang de priorité absolue

«Nous condamnons toute forme de violence et enjoignons les décideurs et les autorités de veiller à ce que les enfants en fuite soient protégés contre les violences et bénéficient de soins adaptés. Les gouvernements ne doivent en aucun cas tourner le dos aux enfants», a déclaré Steffen Braasch, directeur financier de SOS Villages d’Enfants au sujet de la situation actuelle.

Sur les îles grecques, en particulier, les conditions de vie sont particulièrement difficiles pour les quelque 42 000 demandeurs d’asile. Dans le camp de Mória, initialement prévu pour accueillir 2800 personnes, vivent jusqu’à 20 000 réfugiés, dont environ 5200 enfants et adolescents. SOS Village d’Enfants est sur place et assiste chaque jour des centaines d’enfants dans le camp de réfugiés de Kara Tepe sur l’île de Lesbos.

En raison des mesures ordonnées par le gouvernement grec contre la propagation du coronavirus, l’organisation d’aide est actuellement contrainte de suspendre son travail avec les enfants et les familles de réfugiés sur l’île de Lesvos. Ceci après que les récentes tensions du début du mois de mars aient forcé de nombreuses ONG à limiter leur travail. Dès que possible, SOS Villages d’Enfants retournera à Kara Tepe et poursuivra les programmes de soutien éducatif et psychosocial de l’organisation.

Toutefois, aucun enfant ne devrait avoir à vivre dans un camp. C’est pourquoi SOS Villages d’Enfants exige:

  • les enfants et leurs familles doivent avoir accès à l’éducation, aux soins de santé et à une assistance psychosociale.
  • les enfants ne doivent en aucun cas être séparés de leurs familles ou détenus contre leur gré.
  • les mineurs non accompagnés nécessitent une protection particulière. les familles séparées doivent être soutenues dans leurs efforts de regroupement familial.
  • les Etats européens doivent accueillir ces enfants et leurs familles, et leur fournir un logement décent.

Une pétition a récemment été lancée, soutenue notamment par SOS Villages d’Enfants Suisse, pour inciter la Suisse à agir face à cette urgence humanitaire. Celle-ci invite le Conseil fédéral à faire entrer en Suisse 200 enfants et jeunes non accompagnés.

Aidez-nous: signer la pétition maintenant

Une famille de quatre personnes marche lentement dans le camp de réfugiés de Mória

Responsable du contenu:

Erika Dittli

Je suis un expert pour les droits des enfants d'Éthiopie, du Népal et du monde entier.

À propos de la personne
retour