To the top button

15.09.2020 Actualités Tous Lesbos: SOS Villages d’enfants tire la sonnette d’alarme

  • Catégories
  • Région

Le chaos et l’insécurité qui ont suivi l’incendie du camp de réfugiés de Moria pèsent lourd sur les résidents locaux et les réfugiés. Ils se sentent abandonnés. SOS Villages d’enfants tire la sonnette d’alarme devant une telle situation.

Berne/Athènes – L’atmosphère entre les habitants et les réfugiés de Lesbos est de plus en plus tendue: la colère des habitants s’exprime désormais de plus en plus contre les migrants sans épargner les secours et les enfants. Afin de désamorcer la situation difficile, toutes les parties concernées auraient besoin d’un soutien égal, déclare Popi Gkliva, coordinatrice de l’aide d’urgence SOS Villages d’enfants Grèce. Et c’est urgent, car une grande partie des plus de 12 000 habitants dont 4000 enfants et adolescents, du camp de réfugiés incendié de Moria sont toujours sans abri.

«Nos employés ont été attaqués et menacés, tout comme des familles et des mineurs», rapporte Mme Gkliva. «Les enfants réfugiés dont nous nous occupons sont complètement perturbés. Certains ont peint des images de résidents grecs leur jetant des pierres. Mais les enfants du quartier sont également effrayés et certains d’entre eux n’osent plus sortir dans la rue», poursuit-elle. La situation est insupportable des deux côtés.

«Les migrants sont au bout du rouleau et la priorité absolue est de répondre à leurs besoins fondamentaux en matière de sécurité, d’hygiène et de soins. Parallèlement, les habitants grecs de l’île doivent également recevoir un soutien économique et psychologique. Ils sont livrés à eux-mêmes dans cette situation depuis sept ans et beaucoup sont tombés dans une détresse existentielle», explique Mme Gkliva. Le tourisme et l’économie ont fortement décliné et les mesures décidées à la suite de la crise du coronavirus sont comme un fardeau qui pèse sur de nombreuses personnes.

Déjà par le passé, il y avait eu plusieurs affrontements répétés entre les réfugiés et les locaux. Ils ont encore augmenté après la destruction du camp. Les résidents grecs, par exemple, avaient bloqué les routes d’accès afin d’entraver les travaux de nettoyage du camp de Moria.

«Nous devons absolument trouver une solution humaine durable et nous devons le faire maintenant», déclare Mme Gkliva. Les Etats européens devraient accueillir une partie de la population. Parallèlement, il faut trouver des moyens d’intégrer les réfugiés qui resteront à Lesbos et sur le continent grec, en coopération avec les habitants locaux. «Cela ne peut se faire qu’ensemble! Si nous excluons la population locale du processus, nous n’avons aucune chance», explique Mme Gkliva.

SOS Villages d’Enfants soutient les enfants et les familles grecques en détresse ainsi que les réfugiés. Les centres sociaux SOS encouragent l’intégration des réfugiés depuis des années.

Vous pouvez soutenir nos mesures d’aide d’urgence en cliquant sur le lien suivant:

Aidez-les sans tarder!

Contact médias:
Nathalie Rutz
Porte-parole de la Fondation SOS Village d’Enfants Suisse
Tél: 031 979 60 64
E-mail: nathalie.rutz@sos-kinderdorf.ch

Responsable du contenu:

Nathalie Rutz

Je suis responsable de la communication pour les droits des enfants du monde entier.

À propos de la personne
retour