To the top button

06.04.2021 Actualités Aide d'urgence Tous Mondial Aide d’urgence pour le coronavirus: un an après

  • Catégories
  • Région

Il y a un an aujourd’hui, SOS Villages d’Enfants lançait un appel pour une aide d’urgence dans le contexte de la pandémie de coronavirus. Nous vous racontons ce que nous avons réalisé depuis lors.

Confinements et masques, désinfection et lavage des mains, solitude et télétravail: ce qui ressemble à un bingo conceptuel représentant l’année écoulée a également façonné le travail de SOS Villages d’Enfants dans les pays concernés par le projet. Lorsqu’il est devenu clair que le coronavirus allait provoquer une pandémie, nous avons rapidement lancé un appel pour une aide d’urgence. Cette démarche a suscité non seulement la compréhension et l’intérêt de nos donateurs mais également une large et touchante solidarité. Avec 482 000 francs suisses récoltés à ce jour, nous avons pu faire la différence sur le terrain. Un an après, nous aimerions profiter de l’occasion pour vous remercier et pour vous donner un aperçu de ce que nous avons pu changer grâce à l’aide d’urgence pour le coronavirus.

1. Apprendre à l’antenne

Avec plus de 100 000 cas, l’Éthiopie a été la plus durement touchée par la pandémie en Afrique de l’Est. Des écoles ont dû fermer, et les leçons ont dû être diffusées à la télévision et à la radio. Afin de permettre aux enfants des familles les plus pauvres d’apprendre à la maison, SOS Villages d’Enfants a distribué 3 000 radios fonctionnant à l’énergie solaire aux écolières et écoliers. Ainsi, il n’est pas nécessaire de se procurer des piles et il est possible de recharger la radio sur le toit de la maison avant et après les cours.

Tigist, qui vit en Éthiopie, a pu continuer à suivre ses cours grâce à la radio.

Tigist, qui vit en Éthiopie, a pu continuer à suivre ses cours grâce à la radio.

2. Faire de nécessité vertu

14 008 enfants et adultes du Népal ont reçu une aide psychosociale. Normalement, nos collaborateurs et collaboratrices rendent visite sur place aux familles touchées par la pauvreté afin de les aider, ainsi que leurs enfants, à progresser vers l’autonomie. Pendant longtemps, cela n’a pas été possible en raison des confinements. Afin d’accompagner malgré tout les familles dans ce moment difficile, nos collaborateurs et collaboratrices sur place ont décroché le téléphone. Ils ont offert une oreille attentive aux craintes concernant l’avenir, clarifié les incertitudes liées à la pandémie de coronavirus et fourni un soutien psychologique lors de conflits au sein de la famille ou de dépressions. Malgré la séparation physique, nous avons ainsi maintenu le contact avec nos bénéficiaires.

 Des collaboratrices et collaborateurs de SOS Villages d’Enfants Népal discutent pendant un atelier.

Des collaboratrices et collaborateurs de SOS Villages d’Enfants Népal discutent pendant un atelier.

3. Garantir l’alimentation de base

Dans les pays où intervient SOS Villages d’Enfants Suisse, 60% de la population en moyenne est constituée de travailleurs journaliers. Avec les confinements, des millions de familles ont donc perdu leurs revenus et ont rapidement souffert de la faim. Au début de la pandémie de coronavirus, les difficultés de livraison ont également compliqué l’approvisionnement de nourriture. 3250 colis alimentaires ont pu être distribués pour venir en aide aux familles. Nous avons ainsi pu assurer l’alimentation des enfants et des familles durant cette phase critique dans les pays concernés par le projet.

4. L’hygiène est essentielle

Nous avons distribué 63 000 barres de savon dans nos pays cibles. Il est apparu très tôt que le lavage complet des mains était un moyen crucial de lutter contre la pandémie. Avec cette mesure d’aide d’urgence, nous avons assisté les enfants et les familles sur place dans leur hygiène quotidienne.

5. Formation pour un avenir sans coronavirus

Notre programme de formation pour les jeunes du Lesotho a débuté au moment même où le coronavirus commençait à se propager. Toutefois, grâce à une vaste campagne de sensibilisation, à la distribution de masques et de désinfectants et à des cours en ligne, les formations ont malgré tout pu se poursuivre. Nous avons permis à 300 jeunes de se préparer à la vie professionnelle et, en octobre, le premier groupe a reçu son diplôme.

 Khosi, du Lesotho, présente fièrement son diplôme.

Khosi, du Lesotho, présente fièrement son diplôme.

Au total, SOS Villages d’Enfants a soutenu 41 902 enfants, adolescents et adultes avec une aide ciblée l’an passé. Les conséquences de la pandémie de coronavirus ont pu être considérablement atténuées grâce à l’aide d’urgence et à la large solidarité des donateurs. Malheureusement, un an plus tard, le monde n’a toujours pas surmonté cette crise. Vous pouvez soutenir nos efforts en cours à cet égard ici.

Responsable du contenu:

David Becker

Lorsque je crée du contenu en mots et en images, je suis inspiré par la vue d'ensemble et touché par les petits détails.

À propos de la personne
retour