To the top button

12.05.2022 Actualités Droits des enfants Tous Les enfants ont besoin d’une protection spéciale

  • Catégories
  • Région

«Les enfants, en particulier ceux qui n’ont pas de parents, ont droit à leur intégrité et à une protection complète», déclare Erika Dittli, responsable des programmes de SOS Villages d’Enfants Suisse et membre de la direction. La protection de l’enfance est donc notre priorité absolue.

La guerre en Ukraine met en danger la vie de centaines de milliers d’enfants et oblige de nombreuses familles à fuir. Qu’est-ce que cela signifie pour ces 40 enfants placés d’être en sécurité à Rehetobel (AR) avec leurs familles d’accueil ? 

Erika Dittli : Les enfants, mais aussi les personnes qui les accompagnent, ont vécu une perte et un traumatisme. Ils ont dû laisser beaucoup de choses derrière eux. Leur environnement habituel, leurs amis, peut-être même un jouet préféré ou un animal de compagnie. Dans une telle situation, il est particulièrement important d’avoir des gens de confiance autour de soi. 

Pourquoi la guerre frappe-t-elle particulièrement durement les enfants qui grandissent sans parents ? 

L’Ukraine a l’un des taux les plus élevés au monde d’enfants qui grandissent dans des institutions, même s’ils ont des parents, mais ceux-ci vivent comme travailleurs immigrés dans d’autres pays européens ou dans les grandes villes d’Ukraine pour des raisons économiques. Ces enfants ont vécu une perte. La guerre les traumatise à nouveau. Beaucoup d’entre eux franchissent la frontière seuls et ne peuvent pas compter sur la protection des adultes lorsqu’ils fuient. 

Pourquoi SOS Villages d’Enfants a-t-elle décidé d’envoyer 40 enfants en Suisse ? 

Nous avons été impressionnés par la solidarité et la générosité de nos donatrices et donateurs. Le projet de l’association tipiti a permis une aide rapide et pragmatique. Les enfants, en particulier ceux qui n’ont pas de parents, ont droit à l’intégrité et à une protection complète. C’est ce que nous pouvons apporter grâce à notre projet. 

Avec l’intensité croissante des combats, de plus en plus de personnes courent un danger de plus en plus grand. Qu’est-ce que cela signifie pour les enfants ? 

Les perspectives sont plus sombres. La guerre crée une génération traumatisée. Dans les zones de conflit, les vivres sont rares et les soins de santé se sont effondrés. Des villes entières sont détruites et l’école sera également interrompue pendant longtemps. 

On entend régulièrement parler de négligence, d’abus ou d’enlèvement d’enfants non accompagnés en fuite. Quels sont les risques auxquels ces enfants sont exposés ? 

Ces incidents nous inquiètent. Les filles risquent tout particulièrement d’être victimes de la traite des enfants. C’est l’un des pires aspects de ces situations de guerre et d’urgence : les criminels essaient d’en tirer profit. En tant qu’association d’aide à l’enfance, nous essayons de sensibiliser le public à ce sujet. 

Quelle est l’importance de la protection de l’enfance pour une organisation telle que SOS Villages d’Enfants ? 

C’est l’une de nos préoccupations centrales. SOS Villages d’Enfants a élaboré un plan d’action qui comprend 24 points et garantit que les enfants et les jeunes placés sous la protection de notre organisation puissent grandir dans un environnement sûr et respectueux. D’ici 2024, toutes les mesures doivent être intégralement mises en œuvre dans les 137 pays dans lesquels SOS Villages d’Enfants est représentée. 

Pourquoi ce plan d’action est-il nécessaire ? 

Parce que la protection de l’enfance est une question importante et permanente qui est notre priorité absolue. Nous examinons en permanence nos processus et les améliorons si nécessaire. Ce faisant, nous réfléchissons en permanence à notre travail et tenons compte de nos expériences passées. 

Que souhaitez-vous aux enfants d’Ukraine ? 

Que la guerre se finisse au plus vite. Ainsi, les enfants en Ukraine seront en sécurité et ceux que nous hébergeons en Suisse pourront rentrer chez eux le plus rapidement possible. 

 

Erika Dittli est responsable du programme de SOS Villages d’Enfants Suisse et membre de la direction