To the top button

12.12.2018 Actualités SOS Villages d'Enfants Suisse Tous Népal Voler de ses propres ailes

  • Catégories
  • Pays

Grâce à SOS Villages d’Enfants, des enfants abandonnés à travers le monde entier trouvent un nouveau foyer chaleureux. Ils sont entourés, ils peuvent jouer avec leurs frères et sœurs et sont scolarisés. Mais que se passe-t-il lorsque ces enfants deviennent adultes? Trois jeunes adultes témoignent.

 

Brindhya Parajuli, 37 ans, 2 enfants, Gérante d’une pharmacie au Népal

Brindhya Parajuli ne sait pas seulement quel médicament est indiqué pour quelle maladie, c’est aussi une femme forte qui prend sa vie en main. Lorsque l’opportunité s’est présentée à elle de faire des études de pharmacie après l’école, elle n’a pas hésité. Elle a obtenu son bachelor, est devenue mère d’une petite fille, puis a poursuivi ses études en master et a donné naissance à son fils.

Brindhya Parajuli a trouvé un nouveau foyer au sein d’un village d’enfants SOS lorsqu’elle avait un an et demi. C’est avec gratitude qu’elle raconte: «On m’a très bien préparée à la vie, on m’a transmis des valeurs telles que le respect, l’amour et le travail et je peux aujourd’hui les transmettre à mon tour à mes enfants.» La jeune femme est fière de pouvoir contribuer aux revenus de la famille en tant que gérante de sa propre pharmacie.

Brindhya Parajuli dirige une pharmacie et est mère de deux enfants.

Brindhya Parajuli dirige une pharmacie et est mère de deux enfants.

 

Zula, 18 ans, Etudiante au Lesotho

«J’ai hâte de vivre dans le foyer pour étudiants et d’être en ville», raconte Zula, souriante. La jeune fille de 18 ans a terminé sa scolarité majeure de promotion il y a peu de temps. Après les vacances scolaires, elle a commencé des études de tourisme à l’université de Maseru, la capitale du Lesotho. Zula poursuit: «Ma maman est fière de moi.»

Sa «maman» est la personne qui l’a élevée au sein d’un village d’enfants SOS et qui a fait en sorte qu’elle aille à l’école. Zula est heureuse d’avoir été encouragée et d’avoir aujourd’hui la possibilité de faire des études. La jeune fille a un rêve: devenir gérante d’un hôtel. «J’espère que ma maman viendra un jour me voir dans mon futur hôtel.», dit-elle en riant

 

Zula révise avec plaisir pour sa formation dans le tourisme afin qu’un jour les clients de son hôtel se sentent bien.

Zula révise avec plaisir pour sa formation dans le tourisme.

 

Suresh Poudel, 30 ans,  Banquier au Népal

La mère de Suresh Poudel décède lorsqu’il a huit ans. C’est alors qu’il trouve un nouveau foyer au sein d’un village d’enfants SOS. Il trouvait cela particulièrement bien de pouvoir aller à l’école: «J’ai rapidement compris qu’une bonne éducation était indispensable pour mon avenir. Je me suis accroché en cours et j’ai saisi l’opportunité qui s’est présentée à moi malgré les coups du sort.»

L’implication et la volonté de Suresh Poudel ont fini par payer. Le jeune homme a fini ses études en économie et travaille désormais dans une banque. Il est encore très proche de sa maman SOS qui s’est occupée de lui et l’a élevé. «Je lui dois beaucoup.» Il en est persuadé: «SOS Villages d’Enfants m’a très bien préparé à la vie. Je me sens fort pour construire un bel avenir.»

Suresh Poudel a accroché une photo de sa maman SOS dans son appartement. Il lui rend visite presque chaque semaine

Suresh Poudel a accroché une photo de sa maman SOS dans son appartement. Il lui rend visite presque chaque semaine