To the top button

09.11.2020 Actualités Tous Asie Joie et succès à Gorkha

  • Catégories
  • Région

Après les terribles tremblements de terre de 2015, l’avenir s’annonçait sombre pour la région de Gorkha au Népal. Mais après quatre années de reconstruction et de soutien, SOS Villages d’Enfants a redonné des moyens de subsistance à plus de 400 enfants et à leur famille, à tel point qu’ils n’ont aujourd’hui plus besoin d’aide extérieure.

Il y a quatre ans et demi, notre directrice de programme Erika Dittli a sillonné les six communes de Gorkha, au Népal, et n’y a vu que des décombres. Les deux tremblements de terre dévastateurs de 2015, d’une magnitude de 7,8, ont laissé la population dans la peur et sans espoir.

Un début difficile

En plus de ces deux secousses d’une extrême violence, la population du Népal a ressenti 70 répliques. Les maisons de plusieurs familles et enfants ont été détruites. Erika Dittli se souvient: «Beaucoup voulaient partir à l’étranger, ils ne plus voyaient aucun avenir dans leur commune». SOS Villages d’Enfants s’est ensuite impliquée activement dans la reconstruction des six communes de Gorkha. L’objectif: permettre aux enfants restés sans défense et à leur famille d’être à nouveau autonomes dans leur village d’origine.

Qu’est-ce qui a été fait?

Les formations continues aux techniques agricoles ont permis aux familles de sortir de la spirale de la pauvreté et leur ont offert un revenu stable. En effet, 70% des familles de la région vivent de l’agriculture ou de l’élevage. Au lieu de devoir acheter des engrais chimiques coûteux comme ils le faisaient jusqu’à maintenant, ils cultivent désormais leur sol avec des engrais naturels et font pousser des légumes dans de simples serres. Six systèmes d’irrigation ont également été installés et 226 ménages en profitent.

SOS Villages d'Enfants Nepal

Un employé de SOS Népal avec un résident dans une serre à Gorkha. Photo: SOS Villages d’Enfants Népal.

La réussite est flagrante: en quatre ans, la quantité de produits a augmenté d’un quart et tout le village profite de cette nouvelle variété de fruits et légumes sur le marché local. La distribution des produits est désormais gérée par une association de femmes, qui distribue les fonds de manière équitable et investit les excédents dans la protection des enfants. Les autorités municipales assurent les animaux comme le bétail offrant ainsi une sécurité supplémentaire. Par le passé, la mort d’un animal signifiait souvent la ruine de la famille et, en fin de compte, c’était les enfants qui en souffraient le plus.

Chaque enfant a une voix et des droits

La sensibilisation aux droits de l’enfant est une vraie réussite. Les autorités municipales de Gorkha ont même créé un budget dédié à la protection de l’enfance. De plus, les élèves ont reçu du matériel scolaire et le taux de décrocheurs est passé de 16 à 5% grâce aux différentes mesures. Pour les quatre crèches nouvellement construites, les matériaux nécessaires ont été fournis et le personnel a été formé.

SOS Villages d'Enfants Nepal

Les habitants font preuve d’un nouveau courage et d’une nouvelle soif d’action. Photo: SOS Villages d’Enfants Népal.

Après quatre ans, SOS Villages d’Enfants se retire de Gorkha. Les familles des six villages sont indépendantes, offrent à leurs enfants protection et soins et peuvent les envoyer à l’école.  Erika Dittli se souvient avec plaisir de la cérémonie de transmission du flambeau, qui a malheureusement dû être organisée virtuellement en raison de la pandémie de coronavirus. «Tous les participants sont heureux d’avoir mené à bien ce projet avec succès et de voir les visages des enfants et des familles rayonner d’espoir.»

Responsable du contenu:

Nicole Hardegger

À propos de la personne
retour