To the top button

11.08.2021 Actualités SOS Villages d'Enfants Suisse Tous Suisse Marco Wölfli raconte : « Mes garçons me surprennent sans cesse »

  • Catégories
  • Région

Durant sa carrière de footballeur, notre ambassadeur Marco Wölfli a compris l’importance du travail d’équipe, de l’ambition et de la persévérance. Des valeurs qu’il souhaite transmettre à ses deux garçons. Pour le blog SOS Villages d’Enfants, il inverse les rôles et raconte ce que ses enfants lui ont appris.

Comment imaginiez-vous votre rôle de père avant d’avoir des enfants ?

Marco Wölfli : Mes attentes étaient proche de la réalité : une aventure très belle, pleine d’amour, mais aussi très intense. En tant que père, vous ne voulez que le meilleur pour vos enfants, vous souhaitez être un modèle pour eux et leur transmettre les bonnes valeurs que sont l’honnêteté, la fiabilité, l’humour, la confiance en soi. C’est un défi quotidien.

Qu’avez-vous appris de vos enfants depuis ?

Marco Wölfli : Beaucoup. La confiance enfantine avec laquelle ils traversent la vie est une source d’inspiration constante. Lors d’un mauvais match, ou même quand mon père est mort, mes enfants ont toujours réussi à me motiver et à me faire rire. L’instinct de jeu et la joie de vivre se perdent aussi souvent à l’âge adulte. Nous pouvons là encore apprendre beaucoup de nos enfants.

Qu’est-ce qui vous a le plus surpris chez vos enfants ?

Marco Wölfli : La rapidité avec laquelle les enfants apprennent est toujours incroyable. L’un de mes garçons joue du piano et l’autre conduit des voitures télécommandées. Ils me surprennent sans cesse.

Y a-t-il eu des questions que vos enfants vous ont posées et auxquelles vous n’avez pas su répondre ?

Marco Wölfli : Oui, cela m’est arrivé de nombreuses fois. Par chance, nous avons Google de nos jours et je peux aussi consulter mon épouse, qui est souvent de très bon conseil. Bien sûr, les parents veulent avoir une réponse à tout, mais il importe également que les enfants apprennent à faire face à l’absence de réponse claire à une question.

Comment votre vision du monde a-t-elle évolué depuis que vous avez des enfants ?

Marco Wölfli : Normalement, nos enfants nous survivent et nous tenons à ce qu’ils profitent d’une vie heureuse. C’est pourquoi j’essaie d’adopter un comportement encore plus respectueux l’environnement. Cela commence par de petites choses comme emporter ses propres sacs pour faire ses courses, ne pas toujours céder à l’envie de consommer et ne pas toujours acheter les appareils ou les vêtements qui viennent de sortir. C’est ce que je veux transmettre à mes enfants.

En quoi papa Marco est-il différent de Marco, l’expert en football ?

Marco Wölfli : Au grand dam de ma femme, je joue aussi de temps en temps le rôle d’expert à la maison, même si je suis loin de tout savoir. Il va de soi que vous voulez être l’expert pour vos enfants. Mais je le fais souvent avec humour. En tant que père et expert du football, j’essaie toujours d’être honnête et fiable et d’avoir de bonnes réponses prêtes à l’emploi.

Est-ce que vos deux garçons aiment avoir un père connu ?

Marco Wölfli : C’est difficile à dire. Je ne sais pas toujours ce qui se passe dans leur tête non plus. J’essaie de garder les pieds sur terre et de leur montrer que nous sommes tous égaux, célébrité ou inconnu, riche ou pauvre, et qu’il faut traiter tout le monde de la même manière. En fin de compte, il est certainement plus important pour mes enfants que je sois un bon père.

Jouez-vous au football ensemble ? Quelles autres activités partagez-vous ?

Marco Wölfli : De temps en temps, mes enfants et moi jouons au football dans notre jardin, mais aucun de mes garçons n’est membre d’un club. Ils ont des passe-temps très différents: unihockey, voitures de course télécommandées, escalade. Aujourd’hui, alors que de nombreuses activités impliquent des téléphones portables ou des ordinateurs, ma femme et moi pensons qu’il est important qu’ils jouent aussi en plein air, qu’ils bougent et qu’ils essaient différentes choses.

Quel rôle est le plus demandé sur le terrain de jeu familial : capitaine, entraîneur ou arbitre ?

Marco Wölfli : Tous les trois et plus encore. Il y a aussi le physiothérapeute familial et le fournisseur de matériel familial. Mais le plus important, c’est comme sur le terrain : être une équipe composée d’individus égaux. Pour atteindre l’harmonie, l’amour et le partage sont primordiaux, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas de désaccords. Les disputes font également partie de la vie. Mais chaque membre de l’équipe doit être convaincu qu’il peut compter sur ses coéquipiers en fin de compte.

Responsable du contenu:

Nathalie Rutz

Je suis responsable de la communication pour les droits des enfants du monde entier.

À propos de la personne
retour