To the top button

09.12.2021 Actualités Programme d'aide Tous Une communauté contre la négligence

  • Catégories
  • Région

Les mères mineures sont trop souvent livrées à elles-mêmes. C’est ce qui est arrivé à Indira, au Nicaragua À 15 ans, elle est tombée enceinte d’un petit ami violent. Sans formation et sans perspectives, Indira a d’abord dû apprendre à être une mère aimante.

Aujourd’hui âgée de 19 ans, Indira a deux enfants : Marta, cinq ans, et Luca, cinq mois. Indira n’est pas allée à l’école et n’a jamais travaillé. Elle a aidé sa mère pour les tâches ménagères et a élevé seule Marta et Luca. Bien que ses enfants soient désormais sa fierté, Indira a traversé des moments difficiles et ce n’est que grâce aux réunions de SOS Villages d’Enfants destinées aux jeunes mères qu’elle a appris à gérer correctement ses responsabilités.

Relations difficiles et grossesses non désirées

Lorsqu’Indira est tombée enceinte pour la première fois à 15 ans, son monde s’est effondré. Ses rêves professionnels se sont envolés parce qu’elle a dû abandonner l’école secondaire pour s’occuper de sa fille.

La mère et le frère d’Indira l’ont soutenue du mieux qu’ils ont pu. Son petit ami violent l’a cependant quittée avant que Marta ne vienne au monde et a déménagé au Costa Rica. Quatre ans plus tard, le père de Luca a fait de même.

« Je garde un mauvais souvenir de ces grossesses », raconte Indira. « Les deux fois, cela m’a fait l’effet d’un coup de massue. Je ne voulais pas de ces enfants. »

L’amour au lieu de la négligence

Mère à un si jeune âge, Indira était complètement dépassée. C’est surtout sa relation avec sa fille qui a souffert de son stress. Pensant que cela faisait partie d’une éducation normale, Indira a frappé Marta. À cause de son propre stress, elle a négligé les besoins émotionnels et physiques de ses enfants.

SOS Villages d’Enfants a été alerté et a invité Indira à une réunion pour les mères mineures. Indira s’y est rendue et s’est sentie comprise pour la première fois. Elle a décidé de continuer à assister aux réunions. C’est là qu’elle a appris à respecter ses enfants et à les traiter avec amour. Informée de ses propres droits et de ceux de ses enfants, elle a retrouvé sa confiance en elle et des raisons d’espérer.

Du courage pour l’avenir

Aujourd’hui encore, Indira assiste à ces réunions. Les jeunes femmes ont noué des amitiés, échangent entre elles et se confient leurs enfants de temps en temps. Entre-temps, Indira a également terminé l’école secondaire. Elle aimerait ouvrir sa propre boutique, de préférence en rapport avec la cuisine ou la couture.

Ses enfants comptent désormais plus que tout pour Indira. Elle veut les aider à réaliser leurs rêves et les accompagner avec amour.

« Mon conseil aux autres jeunes mères : N’abandonnez pas », dit-elle. « Même si une femme devient mère, elle peut toujours poursuivre ses objectifs, continuer ses études ou créer une entreprise. C’est épuisant et parfois accablant, mais nous, les femmes, sommes fortes. Un enfant change une vie du tout au tout, mais c’est un beau changement. »

Mettre fin à la négligence pour réaliser des rêves

Aidez-nous à soutenir les jeunes mères et leurs enfants comme Indira, Marta et Luca. Dans le cadre de la campagne de financement participatif en cours de SOS Villages d’Enfants Suisse, vous pouvez contribuer à cinq mesures concrètes pour mettre fin ou prévenir la négligence. Vous en saurez plusici et pourrez soutenir directement ces mesures.