To the top button

28.11.2017 Actualités Programme d'aide Tous Népal Saisis ta chance!

Filtrer par
  • Catégories
  • Pays

La famille de Brandon a éclaté à la suite de violences domestiques. Aura Teresa, la conseillère de SOS Villages d’Enfants, est parvenue à réintégrer l’adolescent dans sa famille.

«Brandon est arrivé au village d’enfants SOS de León en février dernier. Le parcours de l’adolescent délaissé de 15 ans était ponctué par la violence, des séjours en foyer et la drogue. Alors que Brandon n’avait que 8 ans, son père biologique a été assassiné. Les sentiments de colère et de culpabilité de n’avoir pu aider son père, il les a reportés sur sa mère. En contre- partie, elle a déchargé sa tristesse et sa frustration sur Brandon et ses deux frères et sœurs. Les autorités sont intervenues et ont placé les enfants en foyer, séparément les uns des autres. C’est là que Brandon a été pour la première fois en contact avec la drogue et qu’il a adopté un comportement de plus en plus agressif.

Dépassés par la situation, les services de l’Etat ont envoyé Brandon au village d’enfants SOS de León. Au début, il s’est bien acclimaté, mais après quelques mois, il a été rattrapé par le cannabis. Nous avons montré à Brandon qu’il devait suivre une thérapie pour pouvoir résoudre son problème de dépendance. C’est volontairement qu’il a rejoint un programme de désintoxication.

Là, Brandon a connu trois mois difficiles. Nous lui avons rendu visite et avons pris soin de lui régulièrement. Avec le temps, nous avons envisagé de réunir la famille pour que la douleur ressentie puisse être digérée en commun. Nous avons été heureux d’entendre Brandon émettre lui-même le vœu de reprendre contact avec sa mère. Nous l’avons aussi accompagné dans ce processus.

Les retrouvailles ont été très émotionnelles. Depuis septembre, la famille est à nouveau réunie sous le même toit. Nous allons régulièrement voir Brandon et retrouvons un adolescent rieur. A l’école, il rattrape le retard qu’il a accumulé. Une fois par mois, il parcourt la centaine de kilomètres qui le séparent de son thérapeute. Lors de notre dernière visite, il nous a remerciés de ne pas l’avoir abandonné pendant tous ces mois en disant: ‹La vie n’offre pas toujours une chance, mais quand elle le fait, il faut la saisir et la tenir fermement.›»