To the top button

06.08.2020 Actualités Aide d'urgence Tous Moyen Orient Explosion de Beyrouth: «Pire qu’en guerre»

  • Catégories
  • Région

L’explosion a été pire que tout ce qu’ils avaient vu pendant la guerre civile, a déclaré Afifa Arsanios Dirani, présidente de SOS Villages d’Enfants Liban. SOS Villages d’enfants prend donc des mesures d’aide d’urgence pour les enfants et les familles touchés.

Berne/Beyrouth – Les familles et les enfants du Liban vivaient déjà au bord du gouffre avant même la crise du coronavirus et l’explosion qui a eu lieu à Beyrouth, la capitale, en raison de l’économie au bord de l’effondrement, de la médiocrité des soins médicaux, de l’insécurité alimentaire ainsi que de la menace de la pauvreté et la faim. «Mais l’explosion a aggravé une situation déjà dramatique. Le choc qu’ont subi les habitants de Beyrouth est profond. La situation est fragile et ils ne savent pas à quoi s’attendre ensuite, car la raison de l’explosion n’est pas claire: des émeutes, d’autres explosions ou même la guerre? Les habitants sont déjà accablés par la longue guerre civile», déclare Mme Arsanios Dirani, présidente de SOS Villages d’enfants Liban.

«Nous nous préoccupons surtout des familles et les enfants qui vivent près du port et en ville. L’explosion a plongé les gens dans une profonde insécurité. En plus de la grave crise économique, des réfugiés et des mesures liées au COVID, ils doivent faire face à cela. Le Liban n’était pas préparé à ce nouveau coup dur», poursuit Mme Arsanios Dirani.

L’association SOS Villages d’Enfants est active au Liban depuis des décennies. Pourtant, Mme Arsanios Dirani déclare: «Nous avons vécu la guerre civile à Beyrouth. Les affrontements de rue et les bombes. Mais jamais une explosion comme celle-là.»

Le personnel de SOS Villages d’Enfants étudie actuellement la situation sur place afin de pouvoir aider rapidement et efficacement les familles et les enfants touchés. «Les préparatifs battent leur plein. Nous allons construire des abris d’urgence, assurer la prise en charge des familles qui ont tout perdu dans l’explosion et leur fournir une aide psychologique, si nécessaire», explique Mme Arsanios Dirani. L’aide d’urgence devrait démarrer la semaine prochaine au plus tard. «Le Liban est dans une mauvaise passe, mais nous ne pouvons pas aider tout le monde. Nous nous concentrons donc sur ce que nous faisons le mieux, à savoir protéger les familles et les enfants.»

Aider maintenant.

Contact médias:
Nathalie Rutz
Porte-parole de la Fondation SOS Villages d’Enfants Suisse
Tél.: 031 979 60 64
E-mail: nathalie.rutz@sos-kinderdorf.ch

Responsable du contenu:

Nathalie Rutz

Je suis responsable de la communication pour les droits des enfants du monde entier.

À propos de la personne
retour