To the top button

18.08.2022 Actualités Tous Afrique Lesotho : Une nouvelle famille pour trois frères et sœurs

  • Catégories
  • Région

Lorsqu’ils sont arrivés dans leur nouveau foyer, le village d’enfants SOS de Maseru, Kabelo, âgée de neuf ans, et ses deux frères et sœurs plus jeunes, Tabi (six ans) et Telo (trois ans), n’avaient rien d’autre que les vêtements dans lesquels ils s’étaient levés ce matin-là.

Un travailleur social collaborant avec le gouvernement les a amenés chez la maman SOS Mats’epe Ts’epe pour qu’ils puissent commencer une nouvelle vie dans une nouvelle famille. Après la mort de leur mère célibataire, les trois frères et sœurs avaient vécu seuls pendant des mois dans la communauté peu peuplée de Makhalaneng, dans la périphérie de la capitale du Lesotho.

Abandonnés par la famille

« Nos parents restants ne se sont presque pas intéressés à nous », se souvient Kabelo, qui a quitté l’école peu après. Cette jeune fille épatante et sûre d’elle s’est sentie obligée de suivre les traces de sa mère et de s’occuper de ses frères et sœurs. Une responsabilité bien trop lourde. Les enfants n’avaient rien à manger dans la maison. Ils se nourrissaient de terre, de feuilles, de fruits et de tout ce que Kabelo et Tabi trouvaient. « C’était difficile d’être comme une mère », raconte Kabelo. « Mon petit frère pleurait tout le temps. Il se sentait mieux si je le prenais dans les bras et lui chantais quelque chose. Parfois, je ne savais pas comment le calmer s’il pleurait trop. » L’état de ses frères et sœurs et sa propre impuissance rendaient Kabelo triste et désespérée.

La maman SOS, Mats’epe Ts’epe, a été émotionnellement bouleversée lorsqu’elle a vu les trois enfants pour la première fois. « C’était triste de voir les deux plus jeunes frères et sœurs si effrayés. Ils se sont vraiment accrochés à Kabelo et l’ont appelée « Maman », alors qu’elle n’est elle-même qu’une petite enfant. » Kabelo, Tabi et Telo ont eu du mal à s’habituer à la nouvelle famille SOS. Ils ont refusé de jouer ou de parler avec les autres enfants et se sont toujours retirés dans leur coin : un signe clair de leur traumatisme. « Je les ai laissés dormir ensemble dans une chambre jusqu’à ce qu’ils se sentent détendus et suffisamment à l’aise pour parler avec moi et avoir des chambres séparées. »

Les trois frères et sœurs se sentent bien dans leur nouveau foyer.

Les trois frères et sœurs se sentent bien dans leur nouveau foyer.

Comme cela avait été le cas avec les cinq autres enfants dont elle a la charge, Ts’epe a donné à Kabelo et à ses frères et sœurs le soutien dont ils avaient besoin pour se sentir en sécurité et se remettre de leur passé de manière saine et à leur propre rythme. La chaleur et l’amour les ont aidés à accepter leur nouveau foyer et leur nouvelle famille. « J’aime ma nouvelle famille parce que nous jouons ensemble, y compris avec Mats’epe Ts’epe, et c’est amusant. Quand on fait nos devoirs, on les fait ensemble. On ne s’ennuie jamais, car mes frères et sœurs SOS sont si drôles », explique Kabelo en souriant. « Nous avons toujours assez à boire, de la bonne nourriture et la nuit, je n’ai plus peur. Nous avons trouvé un foyer heureux. »

Frères et sœurs : En bonne santé et heureux pour l’avenir

« Les enfants sont en bonne santé, ils ont pris du poids et leur peau s’est rétablie », raconte Ts’epe, maman SOS, soulagée. Avec un adulte fiable à proximité qui protège et prend soin des frères et sœurs, Kabelo a pu redevenir ce qu’elle est : une enfant. Elle aime construire des maisons et danser avec ses deux meilleures amies. Tabi a, elle aussi, trouvé un passe-temps qu’elle adore : dessiner. Elle demande régulièrement à ses frères et sœurs SOS plus âgés ce qu’ils pensent de son travail. Telo, trois ans, adore faire de la trottinette avec ses amis. « Je suis maintenant en troisième année et mes frères et sœurs sont au jardin d’enfants », explique Kabelo. « Quand je serai grande, j’aimerais devenir infirmière pour pouvoir m’occuper des autres. »

Vous souhaitez aider des enfants sans personne de référence, comme Kabelo, Tabi et Telo ? Concluez un parrainage dès maintenant et apportez une aide durable.

Responsable du contenu:

David Becker

Lorsque je crée du contenu en mots et en images, je suis inspiré par la vue d'ensemble et touché par les petits détails.

retour