To the top button

08.04.2021 Actualités Aide d'urgence Tous Afrique L’aide d’urgence enfin possible au Tigré

  • Catégories
  • Région

Après plus de six mois de guerre civile, les organisations humanitaires telles que SOS Villages d’Enfants ont enfin accès à la région en crise du Tigré en Éthiopie. La population a besoin d’aide de toute urgence. Des millions d’enfants et de familles sont menacés par la famine.

Berne/Addis-Abeba.- Depuis six mois, la guerre fait rage dans le nord de l’Éthiopie et a complètement coupé la population du monde extérieur. Au cours des combats, les connexions Internet et les lignes téléphoniques ont été détruites, les routes ont été bloquées et le trafic aérien a été suspendu. Depuis peu, des organisations humanitaires telles que SOS Villages d’Enfants et des journalistes ont de nouveau accès à la région, et les nouvelles qu’ils transmettent sont terrifiantes.

Massacres, viols et faim

« Des témoins rapportent des massacres d’une brutalité extrême, des centaines de viols de filles et de femmes, des cas d’enfants blessés par balle qui ne peuvent pas être soignés », raconte Erika Dittli, directrice des programmes à SOS Villages d’enfants Suisse. « L’approvisionnement en électricité et en eau ne peut quasiment plus être assuré, des pillages ont eu lieu, une grande partie des centres médicaux et un quart des écoles de la région ont été détruits. » De ce fait, près de 2,5 millions de personnes sont en fuite. Mais même dans les camps de réfugiés installés à la frontière soudanaise, l’eau et la nourriture viennent à manquer. Si l’aide d’urgence n’arrive pas, l’ONU estime que 4,5 millions de personnes mourront de faim dans le Tigré.

Bureau pillé, familles expulsées

Dans la région du Tigré, SOS Villages d’Enfants gère trois programmes de renforcement des familles touchées par la pauvreté et un village d’enfants SOS à Makalle, la capitale de la région. Au total, l’organisation d’aide à l’enfance soutient près de 3200 enfants et parents. « De nombreuses familles ont été déplacées, leurs maisons endommagées, leurs animaux tués, et certains parents séropositifs sont morts parce qu’ils n’avaient pas accès aux médicaments », rapporte Erika Dittli.

Le programme de renforcement familial mis en place dans la ville frontalière d’Adoua, que Erika Dittli supervise directement, a été particulièrement touché car la ville est encore le théâtre de violents combats. « Le bureau d’Adoua a été saccagé et le personnel a été évacué à Makalle. Les familles que nous avons aidées ces six dernières années à créer des petites entreprises et des coopératives ont à nouveau tout perdu. Nous ne pouvons pas les laisser seules maintenant qu’elles sont en détresse et qu’elles veulent se réinsérer dans la société au plus vite. »

L’aide d’urgence commence à arriver au Tigré

À Makalle, l’ aide d’urgence commence déjà à arriver, comme le rapporte Sahlemariam Abebe, directeur de SOS Villages d’Enfants Éthiopie. « Nous avons déjà pu fournir à 300 enfants réfugiés et à leurs familles des produits d’hygiène et de la nourriture pour les six prochains mois. Mais il faudra bien plus que cela pour compenser tous nos efforts anéantis et redonner un peu d’espoir aux enfants et aux familles. »

SOS Villages d’Enfants Suisse lance actuellement un appel aux dons pour parer au plus urgent, à savoir fournir des colis d’aide d’urgence contenant nourriture, eau potable et produits d’hygiène, ainsi qu’un soutien psychosocial pour les enfants et les familles touchés.

Aidez-nous maintenant à soutenir les enfants et les familles du Tigré traumatisés par la guerre.

Responsable du contenu:

Nathalie Rutz

Je suis responsable de la communication pour les droits des enfants du monde entier.

À propos de la personne
retour