To the top button

Salman (12) Faites un don pour que Salman surmonte son traumatisme

Dans le monde entier, un enfant sur six grandit dans une région en crise. Des enfants comme Nada et Salman sont exposés à la violence qui fait rage chez eux, sans aucun moyen de se protéger. Ils doivent assister à des scènes terribles et supporter la perte de leurs amis et de leurs proches.

L’ONG SOS Villages d’Enfants intervient sur place pour aider les enfants en détresse à traverser cette épreuve.
Pour que Salman surmonte son traumatisme, il a suivi une thérapie dans le village d’enfants SOS de Saboura, en Syrie. Les dessins ci-dessous sont les siens.

Salman a 12 ans et, pour surmonter son traumatisme, il reçoit l'aide de l'ONG SOS Villages d'Enfants.
Salman, 12 ans
Saboura, Syrie

 

Sur les premiers dessins de Salman dans le cadre de sa thérapie des traumatismes par le dessin, on voit des missiles et des personnes en fuite. «Quand j’ai peint cette image, mon cœur battait très vite», raconte Salman à sa psychologue SOS.

Salman et ses cinq frères et sœurs ont perdu leur père pendant la guerre. La famille vivait autrefois dans la Ghouta orientale, une région assiégée et quasiment intégralement rayée de la carte. Avec leur mère, les six orphelins ont fui vers Damas. Mais la mère de Salman est vite tombée gravement malade et ne pouvait plus s’occuper de ses enfants. Face à cette situation d’urgence, elle a amené ses quatre aînés dans un centre de transition de SOS Villages d’Enfants à Damas. Cet hébergement d’urgence est conçu pour des séjours de 6 mois maximum. Mais en l’absence de foyer alternatif, la fratrie a vécu deux ans de plus dans le centre de transition.

En 2018, les deux enfants les plus âgés de la fratrie ont pu être accueillis au centre pour la jeunesse de SOS Villages d’Enfants. Salman et sa petite sœur Baraa (8 ans) ont trouvé un foyer au village SOS de Saboura. La plus jeune des sœurs vit toujours avec sa mère biologique.

Salman et Baraa mènent une vie presque normale auprès de leur maman SOS. Ils vont à l’école, ils jouent et ils bénéficient d’un accompagnement psychologique. Salman surmonte son traumatisme pas à pas.

Lors de la thérapie des traumatismes par le dessin, il a appris à exprimer ses expériences. Là où il dessinait encore des missiles au début de sa thérapie, Salman se représente aujourd’hui comme un footballeur célèbre. Dans le cadre de cette thérapie par le dessin, il parle avec sa psychologue SOS de ses peurs, de son état d’esprit et de ses rêves pour le futur:

Pour protéger les enfants et préserver leur bien-être, SOS Villages d’Enfants n’utilise pas leurs vrais prénoms. Les vidéos montrent une conversation entre les enfants et leur psychologue SOS.

Ces vidéos ont été réalisées avec l’accord de leurs psychologues et de leurs tuteurs.

 

Don immédiat