Evacuation du village d’enfants de Damas

05/10/2016 - La violence gagne du terrain à Damas où la décision a été prise mardi d’évacuer le Village d’Enfants SOS.

Le village d'enfants SOS de Damas. Photo: Abeer Pamuk.

Quelques heures seulement après que les 156 jeunes et 46 collaborateurs du village d’enfants, heureusement tous sains et saufs, aient trouvé un nouvel abri, deux obus touchaient les infrastructures ! Une mère SOS raconte : « Il y avait parfois des combats dans les environs de notre village. C’était effrayant mais en tant que mère SOS j’ai fait tout ce que j’ai pu pour préserver mes enfants des bruits des bombes. Nous avons joué et chanté, les enfants aiment dessiner et nous accrochions alors leurs dessins sur les murs de notre maison. Quand la décision a été prise d’évacuer le village, ce fut un énorme soulagement. J’ai senti que je pouvais protéger mes enfants. Nous les avons calmés et leur avons expliqué que nous partions pour une nouvelle maison. Quand nous avons entendu que deux obus s’étaient abattus sur le village quelques heures seulement après notre évacuation, nous avons compris que notre décision était la bonne. Nous implorons la paix pour que nos enfants puissent s’installer et grandir sans avoir à s’inquiéter des bombes ou de la guerre ».

Alors que SOS fait tout son possible pour assurer la sécurité des enfants et de ses collègues, mercredi, au lendemain de l’évacuation du village, les forces gouvernementales syriennes en ont pris le contrôle et ont annoncé y avoir déplacé leur équipement militaire. SOS Villages d’Enfants Syrie a été sommée de vider les lieux de ses affaires !

« SOS Villages d’Enfants International est particulièrement préoccupée par l’occupation du village de Damas par du personnel militaire et par la frappe d’obus qui l’a précédée » souligne Christian Hosmann, Directeur de SOS Villages d’Enfants Suisse. « Nos villages sont reconnus comme des refuges sûrs pour les enfants et nous nous engageons à leur y assurer un environnement familial protecteur, bienveillant et sécurisé. En tant qu’organisation non gouvernementale, SOS Villages d’Enfants est attachée aux principes de neutralité et d’impartialité et défend les droits des enfants à grandir dans un environnement sûr et protecteur. SOS Villages d’Enfants a perdu le contrôle de son village de Damas et n’est liée à aucune action engagée à partir ou à l’intérieur de ce village ».

Et Christian Hosmann de conclure : « Nous nous attelons depuis plus de 30 ans à garantir protection et prise en charge aux enfants vulnérables en Syrie et nous continuerons à le faire. SOS Villages d’Enfants demande à toutes les parties prenantes au conflit en Syrie de respecter tous les droits des enfants ».