To the top button

03.08.2020 Actualités Droits des enfants Programme d'aide Tous Mondial Les enfants changent le monde

  • Catégories
  • Région

Sauver la Terre? Ce n’est pas une chose facile à faire, et cela motive d’autant plus de nombreux enfants dans leurs efforts pour changer le monde.

Engagement dans un parlement, lutte contre la pollution des océans, 100 jardins pour nourrir les personnes vivant dans la pauvreté et mobilisation en faveur de l’éducation: nous ne parlons pas ici des réalisations d’hommes politiques, de célébrités et de scientifiques, mais de celles des enfants et des jeunes. Avec cet article, nous souhaitons dresser un portrait de leurs accomplissements, qui nous ont inspirés sur le long terme.

Malala Yousafzai, par exemple, prouve qu’un grand sens de la justice et beaucoup de courage ne sont pas une question d’âge: à dix-sept ans, elle est entrée dans l’histoire comme la plus jeune lauréate du prix Nobel à ce jour grâce à son engagement humanitaire. Elle a été blessée par les talibans sur le chemin de l’école à l’âge de 15 ans, mais elle ne s’est pas laissé décourager par cette terrible expérience. Elle a plutôt fait de la nécessité une vertu et s’est depuis lors engagée en faveur de l’éducation des filles et des femmes.

Comment une grande salade devient une grande action

L’histoire de l’Américaine Katie Stagliano est très différente, mais tout aussi inspirante. Alors qu’elle avait neuf ans, elle a eu de la peine à croire ce qu’elle voyait: une tête de laitue de 20 kilos avait poussé dans le jardin de sa famille. Son idée d’offrir un repas aux sans-abri a immédiatement été mise en pratique. Au total, 275 bénéficiaires ont pu déguster la salade avec d’autres accompagnements lors d’une soupe populaire. Un véritable mouvement est né de cette idée exemplaire. Katie’s Krops entretient aujourd’hui 100 jardins, dont les produits profitent à des personnes dans le besoin à travers les Etats-Unis.

Apprendre pour enseigner aux autres

Plus tard, Alma, 10 ans, aimerait elle aussi pouvoir rendre d’autres enfants plus forts.

Alma, 10 ans, sait déjà comment elle veut aider les autres plus tard. A Hargeisa, la capitale du Somaliland, elle fréquente l’école SOS Hermann Gmeiner. Alma meurt d’envie d’être enseignante. «Dans mon quartier, bien des gens me disent que l’école est une perte de temps. Cela m’agace. Plus ils me le disent, plus cela me pousse à apprendre. Plus tard, je pourrai transmettre ce que je sais aux autres.» Pour Hargeisa en général et à l’âge d’Alma en particulier, son attitude est exceptionnelle. Le chômage y est très élevé et la grande majorité des enfants abandonnent l’école parce que les frais de scolarité sont trop élevés ou parce que leur famille ne considère pas que l’obtention d’un diplôme est importante. L’objectif d’Alma de dissiper cette erreur dès le plus jeune âge n’en est que plus admirable.

Un droit fondamental: trouver une oreille attentive

Local ou mondial, économie ou culture: les changements dans la société ne sont pas toujours suscités par la politique, mais elle les met en œuvre. Les voix des enfants sont bien trop rarement entendues. Les parlements d’enfants sont un remède efficace à cette situation déplorable. Sheba, 11 ans, du village d’enfants SOS de Jimma, en Ethiopie, participe également à un tel projet. «Les enfants ont le droit de faire entendre leurs opinions – surtout lorsqu’il s’agit de décisions qui affectent leur propre vie.» En plus d’exercer ce droit fondamental, Sheba a un autre objectif: inspirer d’autres enfants à prendre des responsabilités et à défendre des causes importantes.

Sheba (tout à gauche) met un point d’honneur à faire entendre sa voix et celle des autres enfants.

Du village d’enfants SOS au vaste monde

De nombreux anciens enfants des villages d’enfants SOS sont aussi passionnément attachés à aider les autres et à rendre le monde meilleur. Tout comme Kristina, 21 ans, originaire de Croatie, qui a surmonté un problème neurologique qui lui rendait la marche difficile dans son enfance grâce à la plongée. Dès l’âge de 16 ans, cette expérience l’a motivée à travailler activement contre la pollution des océans et à susciter l’enthousiasme des jeunes pour le sport dans des installations SOS. Grâce à son engagement, Kristina est l’une des nominées pour le prix Hermann Gmeiner de cette année.

Des histoires comme celle-ci le prouvent: les enfants ne sont pas seulement l’avenir, ils changent dès aujourd’hui le monde de demain. Avec de l’esprit, de l’empathie et une grande part de courage et de créativité. Vous pouvez lire ici comment SOS Villages d’Enfants aide les enfants à tirer le meilleur d’eux-mêmes.

Responsable du contenu:

David Becker

Lorsque je crée du contenu en mots et en images, je suis inspiré par la vue d'ensemble et touché par les petits détails.

À propos de la personne
retour