La situation des enfants au Niger

Au plan démographique, le Niger est un pays extrêmement jeune, avec 50% environ de sa population âgée de moins de 14 ans.

Au plan démographique, le Niger est un pays extrêmement jeune, avec 50% environ de sa population âgée de moins de 14 ans. Comme si souvent, les enfants représentent la catégorie la plus fragile dans ce pays aussi pauvre. Le Niger compte 970 000 orphelins. Bon nombre d'entre eux grandissent sans la protection ni l'affection d'un environnement familial.
 
Le taux de mortalité chez les enfants de moins de cinq ans, l'un des plus élevés au monde, s'établit à 160 cas pour 1000 enfants nés vivants. Avec 7,6 enfants par femme, le Niger a l'un des taux de fécondité parmi les plus élevés au monde. 27% des enfants nigériens présentent un poids de naissance insuffisant, et 40% environ des enfants de moins de cinq ans souffrent d'insuffisance pondérale et de carences. Les chiffres élevés de la malnutrition sont essentiellement imputables à l'absence d'une alimentation adaptée à l'âge et à un accès inexistant à des soins de santé primaires.
 
Des milliers d'enfants travaillent dans des mines d'uranium, d'étain et de charbon, des activités traditionnellement peu rémunérées et comportant des risques d'autant plus élevés. D'autres exposent leur vie en travaillant dans des carrières. Le revenu de ces enfants est à peine suffisant pour garantir leur propre survie. Selon les informations de l'OIT (Organisation internationale du travail), les conditions et méthodes qui caractérisent le travail des enfants sont comparables à celles de l'Europe du Moyen-Âge.
 
Les enfants sont exposés à de nombreux dangers, y compris des risques de blessures avec les outils de travail, de brûlure par l'eau bouillante ou par le feu. En raison de leur activité dans les mines, les enfants, bien souvent, n'ont pas la possibilité d'aller à l'école. Sans instruction, il leur sera difficile de rompre le cercle vicieux de la pauvreté lorsqu'ils seront adultes. De nombreux enfants nigériens sont contraints à la mendicité par des maîtres spirituels, généralement connus sous le nom de «marabouts», non seulement au Niger mais aussi au Mali et au Nigeria. De plus, les mutilations génitales chez les filles sont toujours largement répandues dans tout le pays, même si la situation s'est un peu améliorée au cours des dernières années.